Cours De Philosophie Positive I Et Ii by Auguste Comte

By Auguste Comte

Show description

By Auguste Comte

Show description

Read or Download Cours De Philosophie Positive I Et Ii PDF

Similar other social sciences books

El avance del saber

El avance del saber, en l. a. medida en que es l. a. quintaesencia del pensamiento baconiano en el período de formación del autor, sintetiza admirablemente las líneas maestras de éste y exhibe ya muchos de los rasgos característicos de su obra de madurez. Gracias a su remarkable difusión (conoció incluso una versión francesa en 1624), realzada por l. a. ulterior revisión del tema en De augmentis, los proyectos del Canciller fueron bien conocidos y no sintió los angeles necesidad de dar a l. a. luz ningún otro de los borradores que a l. a. sazón redactara, reservándose para su obra magna, los angeles gran restauración.

Additional info for Cours De Philosophie Positive I Et Ii

Example text

Elle se fonde, selon Lévy-Bruhl (la Philosophie d'Auguste Comte), au point de vue statique sur la hiérarchie des science, l'unité de la méthode et l'homogénéité du savoir. Au point de vue dynamique, Auguste COMTE (1830-1842), Cours de philosophie positive. 1re et 2e leçons 39 spécialités respectives, soient rendus aptes désormais, par une éducation portant sur l'ensemble des connaissances positives, à profiter immédiatement des lumières répandues par ces savants voués à l'étude des généralités, et réciproquement: à rectifier leurs résultats, état de choses dont les savants actuels se rapprochent visiblement de jour en jour.

En un mot, ce n'est évidemment que par l'examen philosophique des sciences qu'il est possible d'y parvenir. La méthode n'est pas susceptible d'être étudiée séparément des recherches où elle est employée; ou, du moins, ce n'est là qu'une étude morte, incapable de féconder l'esprit qui s'y livre. Tout ce qu'on en peut dire de réel, quand on l'envisage abstraitement, se réduit à des généralités tellement vagues, qu'elles ne sauraient avoir aucune influence sur le régime intellectuel. Lorsqu'on a bien établi, en thèse logique, que toutes nos connaissances doivent être fondées sur l'observation, que nous devons procéder tantôt des faits aux principes, et tantôt des principes aux faits, et quelques autres aphorismes 3 semblables, on connaît beaucoup moins nettement la méthode que celui qui a étudié, d'une manière un peu approfondie, une seule science positive, même sans intention philosophique.

Ces deux grandes conditions une fois remplies, et il est évident qu'elles peuvent l'être, la division du travail dans les sciences sera poussée, sans aucun danger, aussi loin que le développement des divers ordres de connaissances l'exigera. Une classe distincte, incessamment contrôlée par toutes les autres, ayant pour fonction propre et permanente de lier chaque nouvelle découverte particulière au système général, on n'aura plus à craindre qu'une trop grande attention donnée aux détails empêche jamais d'apercevoir l'ensemble.

Download PDF sample

Rated 4.69 of 5 – based on 34 votes